top of page

Les prix exorbitants des billets pour les JO2024

Depuis le 11 mai dernier, date d'ouverture de la deuxième phase de vente de billets pour les Jeux olympiques de Paris-2024, les réseaux sociaux sont inondés de témoignages indignés face aux prix exorbitants exigés pour assister aux différentes épreuves sportives. Les internautes dénoncent avec véhémence des tarifs excessifs, atteignant des sommets financiers, pour la majorité des disciplines olympiques. Un premier prix frôlant les 700 euros a été relevé pour des sessions d'athlétisme (680 euros), suivi de près par 500 euros pour la natation, et 480 euros pour assister à des sports très prisés comme la gymnastique, l'escrime et le judo, qui ont été rapidement déclarés "complets".


billets pour les JO2024
billets pour les JO2024

Face à l'ampleur des critiques, la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a tenté de défendre ces tarifs élevés en mettant en avant la logique de l'offre et de la demande. Elle a déclaré que si certains passionnés de sport sont prêts à payer de tels montants, cela est tant mieux pour eux. Toutefois, cette argumentation a suscité un vif émoi, car elle semble en contradiction avec les promesses formulées par les organisateurs, qui avaient évoqué la possibilité de remettre en circulation des billets à 24 euros (le premier prix) lors de cette deuxième phase de vente. Or, les billets les moins chers s'étaient envolés rapidement lors de la première phase, où les personnes sélectionnées devaient composer des packs de plusieurs places.


La polémique enfle également au regard de la promesse d'organiser des Jeux olympiques "populaires". Certains internautes et journalistes n'hésitent pas à comparer les tarifs pratiqués lors des Jeux olympiques de Londres en 2012 avec ceux de Paris-2024. Les chiffres sont saisissants : à Londres, un million de billets avaient été proposés à 24 euros, tandis qu'à Paris, seuls 1 million de billets abordables sont disponibles. Par ailleurs, les prix ont littéralement explosé dans certaines disciplines où les sportifs français excellent, ce qui accroît le ressentiment du public face à des tarifs qui semblent inaccessibles pour beaucoup.


Si le comité d'organisation insiste sur la nécessité de financer les Jeux olympiques par les recettes des billets, de nombreux critiques s'interrogent sur le niveau de déconnexion avec le pouvoir d'achat moyen des spectateurs. En particulier, les prix prohibitifs des billets pour les finales d'épreuves très prisées telles que l'athlétisme ou la gymnastique ne font qu'accentuer la frustration du public et des athlètes eux-mêmes, qui déplorent qu'il soit plus facile de participer aux JO que d'y assister en tant que spectateur.


Virgile Caillet, économiste du sport et directeur général de l'union sport et cycle, tente de tempérer la polémique en justifiant ces tarifs élevés par le caractère exceptionnel de certains événements sportifs, tels que les finales du 100 mètres en athlétisme ou les grandes finales de natation. Il met en avant la forte demande pour ces séances spéciales, où les places sont limitées, et où la nécessité de trouver un équilibre financier complexe justifie les tarifs pratiqués.

Cependant, les explications économiques ne parviennent pas à calmer totalement les critiques concernant le manque de billets abordables disponibles au grand public. Les tarifs élevés dans certaines disciplines, la rareté des places accessibles et l'inaccessibilité pour de nombreux amateurs de sport suscitent l'incompréhension et la colère. Pourtant, la ministre des Sports assure que sur les 10 millions de billets à vendre, un million est proposé à 24 euros, et quatre millions à moins de 50 euros. Elle affirme également que 100 000 places seront payantes pour la cérémonie d'ouverture, tandis que 300 000 à 400 000 autres places seront gratuites.


Au-delà des considérations financières, l'enjeu est également de taille pour les organisateurs qui aspirent à faire des Jeux olympiques de Paris-2024 un événement mémorable et accessible à tous, reflétant l'image d'une France ouverte et accueillante. La question de la tarification des billets devient ainsi un défi à relever, pour offrir au public français et international une expérience inoubliable lors des Jeux olympiques de Paris-2024, tout en préservant l'esprit d'inclusion et de convivialité que ces Jeux se doivent d'incarner.

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note

DERNIERS ARTICLES

bottom of page